Entrevue avec Pierre Branda

Bonjour chers amis,

J’ai eu l’opportunité d’avoir un échange constructif avec Pierre Branda, Responsable Patrimoine de la Fondation Napoléon et historien majeur du 1er Empire.

En voici le résumé :

Pascale Leca: Qu’elles sont vos convictions concernant la légitimité de France Bonapartiste dans le paysage politique actuel ?

Pierre Branda : Depuis toujours le courant Bonapartiste m’est proche.
Mais au delà de ma sympathie personnelle, les idées de grandeur, d’ordre mais aussi de progrès en tous domaines me paraissent répondre aux aspirations du peuple français.
L’ordre sans le mouvement est frustrant. Le mouvement sans ordre est destructeur.
En leurs temps, Napoleon 1er, comme Napoleon III avaient parfaitement su concilier ces deux exigences.
À leur suite, le Général De Gaulle avait rendu à la France son honneur, et lui avait redonné un avenir.
Le Bonapartisme ne doit donc pas disparaître en tant que courant politique car il s’inscrit finalement dans la longue durée.
Les idéaux qu’il porte restent adaptés à notre temps.
Je suis reconnaissant à David Saforcada ainsi qu’à Thierry Choffat, d’avoir ranimé puis aujourd’hui d’entretenir la flamme de France Bonapartiste.
Je pense que le mouvement doit gagner en influence et que ses ambitions sont parfaitement légitimes.
Le Bonapartisme n’est pas seulement un passé, une nostalgie voire un culte mais doit aussi incarner l’avenir.

Pascale LecaComment envisagez vous de manière concrète le développement et l’avenir de France Bonapartiste ?

Pierre Branda: Depuis longtemps je suis frappé par la grande proximité de vues existant entre de nombreux acteurs des milieux politiques, associatifs, journalistiques ou historiques avec les idées bonapartistes.
Seulement il n’existe aucune cohésion, aucun liant, qui permettrait d’aller plus loin.
Au fond, chacun de son côté pense Bonapartiste mais l’ignore !
Il faut fédérer l’ensemble de ces forces éparses, qui réunies, pourrait jouer ce rôle à l’occasion par exemple d’un congrès fondateur, avec le soutien d’une ou plusieurs personnalités politiques de premier plan qui partagent nos idées.
Lors de ce grand rassemblement, intellectuels, journalistes et élus pourraient ainsi redonner l’élan au Bonapartisme, et surtout l’inscrire davantage dans le combat politique actuel, une sorte de refondation en quelque sorte, avant de se lancer à la conquête du pouvoir.
En politique, gagner la bataille des idées est fondamental, avant même toute action.
Bien sûr, cela ne se fera pas en un jour. Rassembler n’est pas chose aisée, mais c’est un travail indispensable si l’on veut créer un mouvement qui veut et doit faire entendre sa voix.

Pascale Leca:  Que pensez-vous du contexte sociétal et politique que les français vivent à l’heure actuelle ?

Pierre Branda: Tel un bateau ivre, la France risque de se briser sur l’écueil de la division politique, comme sociétal.
Depuis les dernières vagues d’immigration, un communautarisme notamment religieux, fracture la France avec les conséquences que l’on connaît.
On ne peut exclure à terre LE CHAOS.
Il faudra alors restaurer l’autorité, tout en ouvrant des perspectives.
Alors, presque naturellement, nos concitoyens se rapprocheront des idéaux défendus par les deux Empereurs.
Il faudra à ce moment-là incarner le recours.

Pascale Leca:  Monsieur Branda, je tiens à vous remercier, au nom de France Bonapartiste, pour votre analyse à la fois claire et ambitieuse et avec force pour votre soutien.

Pascale Leca, pour France Bonapartiste le 11.09.2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *