À propos de

Menacée de l’extérieur par une construction européenne qui remet toujours en cause la souveraineté de la nation et l’exercice de nos libertés, menacée de l’intérieur par une montée des féodalités et des communautarismes qui minent toujours plus la cohésion de notre peuple, notre patrie est aujourd’hui à la croisée des chemins.

La classe politique et ses caciques de tout poil, discrédités par des échecs répétés et une absence de perspectives d’envergures ne peut plus prétendre incarner le renouveau, ni même faire face aux défis du temps présent. Dans cette impasse, il est plus qu’urgent de faire émerger les seules véritables solutions de salut public qu’exige la situation et que sauront incarner des hommes nouveaux.

Il faut réconcilier la souveraineté et la justice sociale, l’appel au peuple et l’autorité.

Le bonapartisme propose une nouvelle voie aux Français, de donner un exemple et un idéal au peuple :

Pour en finir avec la pseudo-alternance PS – UMP.
Pour le retour à notre souveraineté nationale.
Pour la fin de la dictature des marchés financiers.
Pour une véritable politique de ré-industrialisation.
Pour une revalorisation de nos Armées.
Pour l’association capital/travail.
Pour la sauvegarde et l’amélioration du pouvoir d’achat.
Pour des services publics de qualité.
Pour sauvegarder et dynamiser notre agriculture.
Pour une sécurité retrouvée.
Pour une justice qui fonctionne.
Pour une immigration contrôlée.
Pour une Ecole républicaine exigeante.

Il faut rendre à la France sa liberté d’agir. Une autre politique est possible. Vous n’êtes pas obligés de subir ceux qui vous font du mal, ceux qui font de belles promesses mais qui ne veulent pas changer le système. Vous pouvez changer le destin de la France. Ensemble ayons le courage de reprendre notre indépendance, de nous rassembler et de nous retrousser les manches. L’avenir de tous en dépend.

L’idée napoléonienne est vraiment la réalisation type de la « démocratie couronnée ». Jamais même la liberté ne semble plus entière que lorsque le pouvoir est bien constitué. Délégation populaire des pouvoirs au chef de l’Etat qui réalise l’unité de commandement, de contrôle permanent de la Nation par le referendum et le plébiscite, qui est à coup sur le moyen le plus parfait de consulter le plus largement le pays. Recrutement d’une élite populaire par cooptation et renouvèlement périodique. Instauration de la plus large égalité pour tous et justice sociale la plus étendue, telle est cette démocratie couronnée, dont la parenté avec la démocratie populaire et socialiste n’est même pas niable.

Cette organisation, c’est dans son esprit, dans ses grandes lignes, celle que notre Révolution Française avait voulu en collaboration directe avec la Nation elle-même pour résoudre la question sociale par l’accession toujours plus complète du plus faible citoyen, du plus déshérité, du plus pauvre, à la souveraineté que les intermédiaires sans mandat précis, en prétendant l’exercer pour la Nation, exercent pour eux seuls !

Garantie d’un vaste progrès social, appuyé sur des conceptions hardies et dynamiques de l’économie nationale, l’idée napoléonienne est en même temps une garantie d’ordre, de stabilité, d’unité. Ne s’imposant pas dans les consciences, elle ne tolère pas néanmoins de groupes anonymes imposant leurs intérêts au mépris de celui de l’Etat !

Il nous semble bon et réconfortant dans la période « trouble » que nous traversons de puiser dans les enseignements d’un passé encore proche, des exemples et des leçons, qui peuvent être utiles pour les constructions de l’avenir. Il appartient aux Français, bonapartistes en tête, de ressaisir enfin cette conception de la politique qui plane sur le pouvoir impérial. Il nous appartient de la ressaisir dans sa réalité démocratique et sociale.

France Bonapartiste
Conseil National Bonapartiste